Patrimoine Naturel

La nature karakalpake est diversifiée et formidable. Elle se caractérise par la magnificence de ses paysages, la richesse de ses ressources naturelles et l’abondance de sa flore et de sa faune. Plus de 400 espèces animales et des milliers de plantes supérieures différentes vivent sur le vaste et superbe territoire du Karakalpakistan.

La nature karakalpake se distingue par ses paysages uniques. Le magnifique delta de l’Amou-Daria arrive en première position, suivi du nord-ouest du désert du Kyzylkoum abritant de basses montagnes pour finir en troisième lieu par la lisière orientale parfaitement lisse du désert de gypse du plateau d’Oust-Ourt.

Le delta de l’Amou-Daria est célèbre pour ses forêts arborées et arbustives (tugai) et ses lits de roseaux. Ils fournissent l’humidité nécessaire pour le sol et poussaient auparavant en aval de l’Amou-Daria. Par ailleurs, le delta abrite divers canaux, petits lacs et marécages.

Le désert du Kyzylkoum abritait les lits fluviaux argileux asséchés caractéristiques des anciens affluents de l’Amou-Daria et du Syr-Daria. Aujourd’hui, ils sont à demi-enfouis sous le sable. Le désert du Kyzylkoum a récemment fusionné avec l’Aralkoum, désert nouvellement formé au nord-ouest englobant l’intégralité du territoire de la crête de l’île, des collines de Moynaq au sud à la péninsule de Kulandi au nord.

D’un point de vue géographique, le plateau d’Oust-Ourt est un plateau massif atteignant une altitude de 300 mètres et comptant plusieurs bassins hydrographiques fermés. Les plus célèbres d’entre eux sont Barsa-Kelmes et Assake-Audan.

Chaque paysage naturel susmentionné abrite ses propres variétés florales et espèces animales, typiques des vallées fluviales et des déserts de sable et de gypse. La faune du plateau d’Oust-Ourt est par exemple représentée par différentes espèces de lézards et de serpents. Le plateau accueille 200 espèces d’oiseaux selon les saisons. Le désert du Kyzylkoum est en outre habité par un grand nombre de rongeurs et de reptiles. Il est possible d’y rencontrer un geai de saxaoul, un oiseau qui ne vit que dans les déserts de sable comme celui du Kyzylkoum.

Le Karakalpakistan est soumis à un climat continental extrême caractérisé par des étés chauds et secs et des hivers froids le plus souvent sans neige. Très faibles, les précipitations surviennent principalement en hiver et au printemps. De telles conditions climatiques impliquent un certain mode de vie pour le règne animal. Elles influent tout particulièrement sur les animaux vivant dans les zones désertiques. Chaque espèce animale s’adapte différemment au manque d’humidité et à la chaleur extrême. Certains animaux sont devenus nocturnes et sont plus actifs la nuit que la journée, période durant laquelle ils se cachent dans des terriers ou s’enterrent dans le sable. Le manque d’humidité amène certaines espèces à ne pas boire d’eau du tout. Les herbivores compensent le manque d’humidité par les plantes tandis que les prédateurs boivent le sang de leurs victimes. Certains représentants du règne animal sont plus actifs au printemps et hibernent durant l’été.

Le Karakalpakistan est un pays riche en termes de ressources naturelles. Il dispose d’immenses gisements de gaz, fer, phosphates, bentonite et kaolinite, chlorure et sulfate de sodium, granite et marbre. Son territoire recèle également de la porphyrite en abondance, laquelle est utilisée pour produire la roche de carrière, la pierre concassée et le ciment hydraulique.

La République du Karakalpakistan abrite trois sites protégés, à savoir la réserve nationale de biosphère en aval de l’Amou­Daria fondée en 1971 dans le district de Beruniy, la réserve nationale de Saigachi et la réserve ornithologique nationale de Sudoche, fondée en 1991 dans le district de Moynaq.